<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=3878452268881693&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

"Pour le podcast, j'ai choisi des avocats sans langue de bois"

2 avril 2021

3 min

Elise Maillot
Élise Maillot, directrice marketing et relations publiques chez Predictice, se prête au jeu des questions/réponses sur les thèmes de son podcast. Itinéraire d’une avocate reconvertie en directrice marketing.

De la vocation à l’ambition - Comment une avocate de chez Darrois devient directrice marketing et relations publiques chez Predictice ?

Devenir avocate n’était pas ma vocation première. J’ai adoré mes études de droit et si je suis devenue avocate, c’était non seulement par intérêt pour la matière - le droit de la concurrence, mais également, il faut le reconnaître, par ambition. Je trouvais cela chouette de devenir avocate en droit des affaires dans un très beau cabinet comme Darrois Villey Maillot Brochier.

 

Pendant mes années d’exercice au sein de ce cabinet, j’ai néanmoins pu apprécier combien la conciliation entre vie personnelle et vie professionnelle est un sujet dans ce type de structure. J’en ai fait mon affaire un temps puis au fil des années, les sacrifices me pesaient. Certes, j’ai toujours continué à vivre à côté de ma collaboration : j’étais encore bénévole dans des associations, j’ai continué à faire du sport, à voir mes amis, mais cela impliquait une organisation laissant peu de place aux imprévus, et surtout de dormir très peu ! Je tenais parce que ce travail était intellectuellement très stimulant. 

 

Néanmoins, après un certain temps, cette stimulation intellectuelle ne compensait plus les sacrifices consentis. De plus, je ressentais un manque de sens dans ce que je faisais au quotidien : les problématiques de droit de la concurrence sont bien éloignées de ce qui m’importe réellement. Il était devenu évident qu’il fallait que je parte. J’ai donc démissionné en octobre 2018. 

 

Pourquoi Predictice ? Je voulais rester connectée au monde du droit tout en développant de nouvelles compétences : ne plus être une technicienne, une experte d’un sujet spécifique. J’ai pensé aux legaltechs, car elles sont souvent à la recherche de personnes disposant d'un background juridique. J’avais déjà entendu parler de Predictice et je leur ai envoyé une candidature spontanée. J’y ai commencé comme responsable des partenariats, puis je suis devenue responsable des relations publiques et enfin directrice de l’équipe marketing et relations publiques. J’adore ce que je fais : cela peut sembler moins ambitieux qu’être avocate en droit de la concurrence chez Darrois, mais je suis beaucoup plus épanouie dans mon travail ! Travailler dans une legaltech me donne l’opportunité de développer des nouvelles compétences - c'est notamment le cas avec le lancement du podcast Predictice, tout en restant connectée avec le monde du droit et, en particulier, en gardant un niveau d'interactions très important avec l'écosystème juridique.

 

Travailler dans une start-up telle que Predictice, c'est faire partie d’une équipe soudée et orientée vers les mêmes objectifs. De plus, la qualité du management est une préoccupation centrale au sein de Predictice, ce qui est très enrichissant sur le plan humain.

 

LIRE AUSSI >> Appelez-moi maître ! Predictice lance son podcast

 

Du dévouement au sacrifice - Quels challenges a représenté pour toi la création de ce podcast ?

 

Le premier challenge était technique : d’une part, il fallait trouver les outils : micros, carte son, etc. Je ne suis pas ingénieure du son, je n’avais jamais fait de captation. Mais l’esprit start-up, c’est savoir se débrouiller ! 


Après le choix du matériel, j’ai dû apprendre à faire le montage des pistes son. Je me suis renseignée sur Internet, auprès d’autres personnes qui ont eu la gentillesse de me donner des conseils… Cette aventure m’a énormément appris ! D’ailleurs, je mets mes nouvelles compétences à profit pour servir un autre projet de podcast, personnel cette fois, dans lequel j’interroge mon grand-père afin qu’il laisse un témoignage aux futures générations sur sa vie et en particulier sur la guerre d’Algérie.


Concernant le choix des thèmes, je ne voulais pas que le podcast Predictice soit purement orienté autour de la carrière des avocats interviewés. Il me semblait intéressant d’avoir des thèmes précis, afin de donner du relief aux échanges. 

 


Les thèmes abordés dans les épisodes du podcast portent sur des problématiques importantes pour la vie des avocats : diversité, rapports hommes-femmes, ambition… 

 


Pour le choix des intervenants, je me suis orientée vers des avocats qui avaient de l’expérience et j’ai tenté de trouver des profils variés, qui représentent une certaine diversité dans la profession, qu'il s'agisse du type de structure dans laquelle ils exercent, de leur spécialité, de leur façon de s’exprimer, de leur appréhension du métier. Certains d’entre eux avaient déjà participé à des podcasts : cela m’a permis de repérer ceux qui s’exprimaient en toute franchise et sans langue de bois.

 

De la diversité aux rivalités - Comment est accueillie la diversité chez Predictice ? Est-ce que tu sens une différence par rapport au monde des cabinets d’avocats ?

Je pense être très bien tombée chez Predictice. J’avais le sentiment - et je l’ai toujours d’ailleurs - que chez Predictice, c’est le monde des Bisounours ! Q'il s'agisse de la communication au sein des équipes, du souci d'assurer un management sain, des problématiques telles que celles de la diversité... nous sommes extrêmement éloignés du monde des cabinets d’avocats. 

 

Sur la problématique particulière de la diversité, vous l’entendrez d’ailleurs dans les épisodes du podcast qui y sont relatifs, cela reste un vrai sujet dans les cabinets d'avocats en dépit des efforts qui sont faits. Comme le dit par exemple Mohamed Naït Kaci (N.D.R. : épisode 2 à paraître bientôt), la profession est exercée par des avocats très différents, mais dans de nombreux cabinets, cette diversité est mal représentée. Cela vaut en particulier pour la diversité de genres : il y a beaucoup de femmes dans les facultés de droit et parmi les jeunes collaboratrices, mais plus on avance, plus elles se font rares et il faut bien reconnaître que dans la plupart des structures, les associés sont majoritairement des hommes. 

 

Chez Predictice, la diversité est très largement représentée, notamment la diversité ethnique. Les femmes y sont très nombreuses, même chez les tech ! Pour ma part, je suis une femme, franco-malgache, et je fais partie du comité de direction.

 


Avocats, avocates, qui porte le mieux la robe à ton avis ?

Spontanément, je suis tentée de dire que les deux la portent aussi bien. Cependant, à la réflexion, il me semble qu’à compétences égales, la femme porte mieux la robe, car elle a plus de mérite ! Les femmes ont notamment une charge mentale plus importante que les hommes. 

 

Et la casquette de manager ?

Même réponse ! La charge mentale existe indépendamment du métier et de la fonction. D’un point de vue personnel, je fais tout mon possible pour être à la hauteur et assurer ainsi au mieux mon rôle au sein de l'entreprise. 

Retrouvez tous les témoignages des clients de Predictice en cliquant sur ce lien : Predictice, avis et témoignages.
Picture of Éloïse Haddad Mimoun
Éloïse Haddad Mimoun

Docteure en droit et diplômée de l'Essec, Eloïse est responsable des contenus chez Predictice.

Accueil  ›   Témoignages  ›  "Pour le podcast, j'ai choisi des avocats sans langue de bois"

Chaque mois, retrouvez l’essentiel de l’actualité juridique analysée par les meilleurs experts !