<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=3878452268881693&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

"Nous appelons au partage des décisions"

6 mai 2021

4 min

Fairway
Sabine du Granrut et Aubry d’Argenlieu ont choisi de s’investir dans le programme “100 000 décisions inédites”, qui répond aux valeurs de partage et d’équité portées par le cabinet Fairway. 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots s'il vous plaît ?

Sabine du Granrut : Je suis avocate depuis trente ans et je me suis spécialisée en contentieux depuis le début de ma carrière. À présent, j'anime le département contentieux dédié à l’industrie immobilière au sein du cabinet Fairway. Cette fonction me permet de faire remonter aux autres équipes des informations intéressantes, notamment en matière de jurisprudence ou de rédaction contractuelle, pour leur permettre justement d’éviter des contentieux ultérieurs.

 

Aubry d’Argenlieu : Pour ma part, j’exerce le beau métier d’avocat depuis une vingtaine d’années. J’ai commencé chez De Pardieu où je faisais du M&A et du contentieux. Mes maîtres de stage m’ont appris que le meilleur moyen pour apprendre à écrire et à donner des conseils efficients et intelligents était d’aller plaider, à savoir mettre à l’épreuve des juges sa rédaction. 

 

Les années passant, je me suis spécialisé dans l’industrie immobilière. J’ai rejoint Clifford puis j’ai décidé de rejoindre FAIRWAY, un cabinet français qui venait d’être créé - nous étions alors en pleine crise immobilière. Je les ai rejoints afin de créer avec eux une « boutique » dédiée à l’industrie immobilière et ses acteurs. L’idée était de créer une véritable équipe dans laquelle les avocats travaillent main dans la main et capable de répondre à tous les besoins des acteurs de l’industrie immobilière. Nous avons dû trouver des compétences dans des domaines que nous n’avions pas : fiscal, financement, contentieux, tout en gardant à l’esprit le principe du partage. 

 

Fairway n’est pas un cabinet d’avocats, c’est une équipe d’avocats. Nous considérons que tout seul, nous ne sommes pas grand chose et qu’en équipe, nous sommes infiniment meilleurs. 

 

 

C’est pour cela que notre cabinet s’appelle Fairway, qui rappelle le mot fairness : l’équité et le partage nous guident. Nous créons de la valeur pour nos clients, aussi bien dans nos modes de facturation que dans notre souci de leur éviter des contentieux longs et coûteux.

 

Predictice a lancé un programme intitulé “100 000 décisions inédites”, par lequel elle propose de mutualiser et de stocker des décisions de justice de première instance. Que pensez-vous de cette initiative ?

LIRE AUSSI >> Predictice lance le programme 100 000 décisions inédites

 

Sabine du Granrut : Cette initiative fait écho aux valeurs de partage et d’équité que nous évoquions à l’instant. Je suis convaincue qu’il faut partager avec nos confrères, fussent-ils des concurrents, les décisions que l’on a pu obtenir. Il en va de la qualité du contentieux : en effet, il est préférable avoir un contentieux loyal et complet  avec un confrère, plutôt qu’un contentieux où je vais lui sortir des jurisprudences qu’il ne connaît pas.

 

De plus, si nous partageons le même niveau de connaissance de la jurisprudence, nous transigerons plus volontiers et dans des conditions intelligentes et rapides, ce qui est de l’intérêt de nos clients, d’autant plus au regard de l’encombrement actuel  des tribunaux. 


Le partage est une grande source d’enrichissement au sein de Fairway et également avec la concurrence. Si nous sommes tous bons, nous aurons plus de dossiers !

 


Aubry d’Argenlieu : La notion de partage est effectivement un point essentiel. Le rôle de l’avocat est de trouver une solution, et non de créer des situations conflictuelles. Bien souvent, lorsque vous interrogez les gens, ils vous répondent que l’avocat ne sert à rien, qu’il coûte très cher et provoque des contentieux. Notre image est en fait assez désastreuse. 


Il est essentiel que tous les avocats partagent leurs décisions. 

 


Comme l’a dit Sabine, un tel partage favorisera la médiation, de sorte que les clients auront recours à l’avocat plus facilement. Les tribunaux sont débordés, les procédures durent des années, pour rien. Ce n’est pas à l’avantage des clients !


Sabine du Granrut : Lorsque je conseille des clients, je les préviens du risque judiciaire et du temps qu’un procès va leur prendre. 


Le programme 100 000 décisions inédites permet d’améliorer le service rendu au justiciable.

 

 

LIRE AUSSI >> "Predictice offre une base de données extrêmement complète", G. Brédon, associé fondateur de Edgar Avocats


Ce programme repose sur les principes de solidarité et d’entraide entre les avocats. Or, le principe de solidarité est rarement mis en avant par les avocats. Pensez-vous que la période difficile que nous traversons est l’occasion de réveiller ce sentiment au sein de la profession ?

Aubry d’Argenlieu : Je pense qu’il faut améliorer l’image de l’avocat. Nous prêtons un serment dans lequel sont affirmées des valeurs parfois un peu oubliées. La confraternité et le partage sont des éléments essentiels de notre profession, il convient donc de les mettre en avant.

 

Il faut être novateur et montrer l’exemple du partage, nous existons pour créer de la plus-value pour nos clients. 

 

J’appelle mes confrères et mes consoeurs à participer au mouvement de partage lancé par Predictice. Il en va de l’image de notre profession et de la qualité du service que nous rendons à nos clients.

 

 

Sabine du Granrut : En tant qu’ancienne membre du Conseil de l’Ordre, je pense qu’il est essentiel que les avocats restaurent une confraternité qui a tendance à disparaître. Le sens du partage est à revaloriser. Il faut que l’ensemble de la profession  ait le goût de l’excellence tant à l’égard des clients que des magistrats ! Nous devons tous participer à la mise en valeur de notre profession  par ses qualités, sa capacité à s’adapter, son exigence de loyauté qui ressortent du serment et de ce que doit être la confraternité, qui passe par un partage de connaissances, notamment en matière de jurisprudence. 

 

Quel sera l’impact de ce programme sur l’activité des avocats ? Pensez-vous que l’accès à une base de données aussi exhaustive changera la façon dont on instruit un dossier ?

Sabine du Granrut : Quand on instruit un dossier, on commence par regarder les arrêts de la Cour de cassation, dont la substance est très synthétique. Mais ce sont les décisions de première instance qui permettent d’avoir accès à l’ensemble des faits du dossier. L’ensemble des éléments factuels, de procédure, des échanges qui ont eu lieu, sont beaucoup plus détaillés dans une décision de première instance que dans une décision de cour d’appel et a fortiori dans une décision de la Cour de cassation. Pour analyser les tenants et les aboutissants d’un dossier, la décision de première instance est essentielle. Cela permet d’aller plus vite dans l’analyse juridique. 

 

Grâce à l’initiative de Predictice, nous allons pouvoir prendre connaissance de décisions de première instance, contre lesquelles il n'a pas été fait appel et qui sont excellentes. Ces décisions sont définitives et valent jurisprudence. Tant que l’open data n’est pas effective, il y a un trésor inaccessible pour les avocats.

 

 

Que diriez-vous à vos confrères pour les encourager à participer à ce projet ?

Sabine du Granrut : Le partage des connaissances nous conduit à être tous meilleurs. Pour devenir une belle profession, si nous sommes tous bons, tout le monde en bénéficiera. 

 

Le programme 100 000 décisions inédites est l’occasion pour les avocats de partager et d’améliorer la qualité du débat judiciaire en le rendant loyal et juste. Contrairement à ce que l’on peut penser, le partage n’est pas un appauvrissement, c’est un enrichissement pour l’ensemble de la profession dont chacun d’entre nous est bénéficiaire.

 

LIRE AUSSi >> Open data : le calendrier (enfin) dévoilé !
Picture of Éloïse Haddad Mimoun
Éloïse Haddad Mimoun

Docteure en droit et diplômée de l'Essec, Eloïse est responsable des contenus chez Predictice.

Accueil  ›   Actualités juridiques  ›  "Nous appelons au partage des décisions"

Chaque mois, retrouvez l’essentiel de l’actualité juridique analysée par les meilleurs experts !