<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=3878452268881693&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

L'avocat doit sortir de sa zone de confort

16 septembre 2020

2 min

Jean-Paul Tran Thiet
Me Jean Paul Tran-Thiet, ancien Haut Fonctionnaire et spécialiste en droit européen et de la concurrence, délivre ses conseils aux jeunes avocats.

Quel avocat êtes-vous ?

Avocat au Barreau de Paris depuis 1992, j'ai auparavant eu une carrière de haut fonctionnaire français et européen. J'ai notamment été membre du Cabinet du Vice-président de la Commission européenne, chef de secteur au Secrétariat Général aux Affaires Européennes, Directeur-adjoint du Cabinet du Ministre des Affaires européennes puis Conseiller du Premier Ministre notamment en charge de l’Europe.

 

Depuis près de 30 ans, mon activité s'est spécialisée en droit européen et en droit de la concurrence, ainsi que dans la régulation de secteurs économiques tels que la banque et la finance, l'énergie, la pharmacie, les télécommunications ou les transports.

 

Quelles valeurs défendez-vous au sein de votre cabinet ?

L'excellence technique et la prise en compte effective des intérêts du client sont notre première priorité. En termes de méthode, nous nous efforçons d'avoir toujours une « image globale » de la situation, notamment des forces et faiblesses de la position que nous défendons, et de rechercher des solutions imaginatives "Think out of the box" et ambitieuses.

 

Nous n'hésitons pas à aller là où d'autres ne vont pas. Cela pourrait d'ailleurs assez bien synthétiser notre devise :

 

« Sortir de sa zone de confort et aller où d'autres ne vont pas. »

 

 

Quelle est votre approche de la relation client ?

La transparence est notre mot d'ordre :

 

- sur ce que nous savons faire (en mettant en avant notre expertise et nos succès passés, de façon anonymisée, bien sûr), mais aussi sur ce qui est étranger à nos domaines d'expertise et peut justifier de recommander d'autres spécialistes ;

 

- sur les risques éventuels des solutions que nous préconisons, mais aussi sur les avantages décisifs qu'elles peuvent apporter, en conseil comme en contentieux ;

 

- sur le détail de nos diligences et de nos méthodes de facturation (des "narratives" très précises accompagnent toutes nos factures).

 

Dans le cadre de nos relations avec nos clients, nous utilisions les communications électroniques telles que les visioconférences bien avant que la crise sanitaire ne les impose, même si les rencontres présentielles se justifient lors d'étapes décisives des dossiers qui nous sont confiés.

 

Comment vous formez-vous au quotidien ?

Le caractère très mouvant et très novateur des domaines que nous traitons impose à tous les membres de l'équipe des efforts quotidiens de formation et d'information. Nous évoluons dans des domaines du droit où les décisions juridictionnelles et la pratique administrative sont en constante évolution, voire sont encore naissantes.

 

La doctrine y est peu développée, tout comme la jurisprudence directement comparable et exploitable. La limite est, de nouveau, que nous explorons souvent des domaines du droit qui sont largement en formation. Par exemple, les autorités de régulation n'ont commencé à se multiplier qu'au début des années 2000 (ARCEP, CRE, ART, ARJEL, Autorité de la concurrence, etc.). De surcroît, leurs décisions, comme les jugements y afférents, sont encore peu connus de la généralité des avocats.

 

En tant qu'avocat expérimenté, quel regard portez-vous sur la profession et quels conseils donneriez-vous à vos cadets ?

« Sortez de votre zone de confort et allez où d'autres ne vont pas », pour reprendre la réponse à une question précédente. J'ai souvent entendu des consultants ou des guides d'évaluation prétendre que tous les cabinets d'avocats se valent. Mon expérience me dit que ce n'est pas vrai du tout.

 

Aux jeunes confrères qui seront de plus en plus confrontés au développement des nouvelles technologies et de l'intelligence artificielle, je conseille de travailler leur différence et de promouvoir leur spécificité. Elles se renforcent avec l'expérience, mais à condition de ne jamais se reposer sur ses lauriers.

 

Quel regard portez-vous aujourd'hui sur la confrérie ?

Comme tout un chacun, j'ai rencontré des confrères extraordinaires, mais aussi d'autres qui l'étaient moins.

 

Quant à nos organisations professionnelles, je préfère dire « joker », tant je trouve que certaines des revendications portées en notre nom sont corporatistes, voire conservatrices, au sens littéral du terme.

 

Retrouvez tous les témoignages des clients de Predictice en cliquant sur ce lien : https://blog.predictice.com/predictice-avis-temoignages.

Picture of Amaury Ropert
Amaury Ropert

Diplômé en droit, Amaury est en charge de la formation et de l'accompagnement des utilisateurs de Predictice.

Accueil  ›   Témoignages  ›  L'avocat doit sortir de sa zone de confort

Chaque mois, retrouvez l’essentiel de l’actualité juridique analysée par les meilleurs experts !